automatic translation maschinelle Übersetzung

Add to Technorati Favorites
urzhiata | index

      « Out of Bounds »


« Out of Bounds » sur flickr


L'installation « Out of Bounds » de Chris O'Shea a permis aux visiteurs du musée du design de Londres d'apercevoir les lieux du musées auxquels il n'ont pas accès (bureaux, réserves, archives, etc.). Une torche « à rayons X » maniée par le visiteur traverse le mur et laisse apparaître progressivement l'image de la pièce selon le déplacement du rayon lumineux.

[ via tinker.it ]


      sceen

sceen

Sceen est une revue publiée à Hambourg, en anglais, diffusée avec un dvd, et consacrée à plusieurs aspects de la culture numérique issus de la scène "demo" : machinima, demos, vj-ing.

Les démos, ce sont les petites animations qui ont commencé à accompagner les jeux piratés il y a une vingtaine d'années, à l'époque des premiers ordinateurs personnels capables d'aligner plusieurs pixels colorés accompagnés de bip-biiiip primesautiers : les Commodore 64, Apple II, ou CPC464 d'Amstrad. Petit à petit, les capacités des machines se sont perfectionnées, des machines offrant plus de possibilités pour la programmation visuelle et sonore sont apparues, comme l'Amiga. La demo, c'est l'art d'abuser la technologie avec ingéniosité, pour la pousser dans ses retranchements, et mettre au point des animations basées sur la programmation développant une esthétique visuelle et sonore.

Aujourd'hui, les pc sont capables de toujours plus (plus de 3D, plus de sons multicanaux, plus de puissance de calculs) et la frontière des démos ont été repoussés, mais l'ingéniosité est toujours prisée (les 4k sont des demos limitées à 4 kilo-octets). De nouveaux supports sont apparus : telephone portable, consoles de poche, et les anciens sont toujours présents : il existe encore une scène démo autour du Commodore 64! (C-64 scene database). Ces sont les pays scandinaves et du nord de l'Europe qui portent les plus grandes manifestations de cette culture, comme l'assembly 2006, méga-foire aux pixels qui s'est tenue à Helsinki début aout.

Au sommaire de ce premier numéro, un article sur l'évolution des netlabels (déjà quelques années d'expériences), un compte rendu de l'Assembly 04, une histoire des démos sur téléphone portable, une interview de hackers de la micro-console pokemon mini, une analyse de deux environnements pour le vj-ing : effekts (& tabula)et SAS21, une interview de John Paul Richard, photographe d'environnements virtuels, et des articles sur les machinimas, des chroniques, etc.

Le site de la revue : sceen.org


Pour en (sa)voir plus sur la demoscene : scene.org, pouet.net ou demoscene.tv qui présente des démos en vidéo, ou la scène démo sur wikipedia.


      ars electronica 2006

'The Messenger', installation de Paul De Marinis
L'installation "the messenger" par Paul De Marinis (© Ars Electronica 2006)

Chaque année depuis 1979, Ars Electronica organise à Linz, en Autriche, la plus grande manifestation consacrée aux arts numériques. Chaque édition explore un thème particulier. L'édition 2006 s'intéresse à la simplicité, elle s'est tenue du 31 août au 5 septembre.

On peut y aller par procuration en lisant les articles et compte-rendus, dans libération, sur erasme.org, et les nombreux billets (en anglais) publiés par Régine Debatty sur WMMNA, ou en espagnol sur elastico. Des séquences vidéo sont visibles sur shintanis (qui devrait s'enrichir de portraits par la suite) et artcast promet la mise en ligne d'enregistrements audio et d'interviews pour très bientot. On peut aussi se gaver de photos sur flickr...

La "simplicité", c'est surtout la préoccupation de John Maeda, certainement le designer numérique le plus médiatique, dont le dernier livre s'intitule "Laws of simplicity", questionnement qu'il explorait déjà sur son site, il est chargé de la direction du colloque à Ars Electronica. Les enregistrements des conférences sont disponibles sur le site et John Maeda annonce la publication de ses compte-rendus sur law of simplicity.

Chaque année, un catalogue est publié regroupant des textes d'une multitude d'intervenants. On peut saluer l'initiative qui consiste à rendre disponible gratuitement l'intégralité des textes publiés avec un an de décalage (en pdf), dans la section archives de leur site.

Ars Electronica, le site du festival, et un historique d'Ars Electronica sur wikipedia


      sCrAmBlEd ? HaCkZ !

Scrambled Hackz
un projet pour passer à la moulinette l'age du videoclip en deux étapes :
D'abord, Scrambled Hackz découpe en petit morceau les videos ou les morceaux qu'on lui jette, leur attribue une empreinte sonore et les range soigneusement dans une base de données. Fin de la première étape, puis ça recommence en temps réel cette fois à partir d'une source sonore (une voix et un micro par exemple), le son est découpé, l'empreinte de chaque fragment est comparé et remplacé par celui qui lui ressemble le plus dans la base.
Et le résultat, fraichement synthétisé est une nouvelle « chanson », un clip recomposé avec comme matière le son et l'image empruntés et décomposés auparavant.

Pour l'auteur, Sven König, c'est une machine sonore ironique qui aborde les questions de propriété intellectuelle, en les poussant jusqu'à l'absurde : qui est le créateur ou le propriétaire de cette video, réalisée à partir de morceaux ultra-courts extraits d'une multitude d'oeuvres sous copyright?
Scrambled Hackz permet une utilisation du sampling originale qui se sert des clips et de la mémoire musicale comme une matière à modeler.



Sven König prévoit de distribuer l'ensemble sous licence GNU-GPL, ce qui devrait réserver d'autres utilisations innatendues. Il indique que le code de la partie analyse et base de données mélange C++ et Python, alors que l'interface et le système audio-vidéo sont réalisés avec Pure Data

Le site de Scrambled Hackz


Une interview de l'auteur sur Wired.

      art rock à Saint Brieuc

Art Rock Saint Brieuc, affiche par Beb Deum

Du 2 au 4 juin à Saint-Brieuc (Côte d'Armor) se tient l'édition 2006 du festival art-rock, 3 jours de concerts (variés), je vous laisse découvrir sur leur site la programmation musicale complète. Mais ça se passe aussi ailleurs que sur scène car ce festival est le lieu d'une copieuse programmation numérique. C'est l'occasion - rare - de voir et d'expérimenter des installations numériques mutantes, hybrides de machines et d'univers de données sonores et visuelles.

Dans la partie interactive, on pratiquera le Sonic Wire Sculptor de Amit Pitaru : une sculpture virtuelle et musicale, développée tout d'abord sur PC sous forme d'applet et aujourd'hui comme un environnement complet, installé à Saint Brieuc : une palette graphique permet de dessiner des formes sur l'écran, ces formes déterminent la fréquence des sons qui alimentent une boucle sonore. A Chaque rotation, cette boucle se répète, enrichie des nouveaux dessins / sons. C'est un instrument visuel et facile d'accès pour composer de la musique électronique. L'applet est déjà fantastique à utiliser alors ce doit certainement être encore mieux en "live"... Amit Pitaru est l'auteur de la librairie sonore Sonia pour Processing.

Art Rock Saint Brieuc : affiche par Beb Deum
Les travaux de Daniel Rozin se concentrent sur les miroirs : il fabrique des miroirs mécaniques composés de multiples pièces identiques, en diverses matières : bois, billes de métal, etc. Le reflet du spectateur est recomposé, en bougeant ces pièces, qui jouent avec la lumière, derrière tout ça il y a un ordinateur, des caméras et des moteurs qui organisent les déplacements. Daniel Rozin est également professeur au département "télécommunications et interactivité" d'une école d'arts de New-York.

L'installation interactive The legible city de Jeffrey Shaw permet de traverser des représentations de villes en typographies 3D en pédalant sur une bicyclette!

Recyclism, propose de jouer à l'ancestral jeu de pong (30 ans bientot...) à l'échelle urbaine, utilisant une façade d'immeuble comme écran. Recyclism (aka Bnjmn Gaulon)a aussi d'autres projets intéressants à voir sur son site : une machine à peindre à base d'un fusil de paint-ball, ou une boite à rythme collective à base de manettes de console NES -> Recyclism

C'est tout pour l'interactivité, mais des installations mélangeant évènements sensoriels, musique, lumière et image sont aussi au programme : Infra espace de Chanfrault, Chomaz et Karst : sculpture de fumée, de lumière et de sons, composition musicale ou le son est synchronisé avec des manifestations fluides de fumée et de lumière. Egalement le spectacle de Edwin Van der Heide, enveloppant le public dans un cocon de son et de fumée parcourue par des lasers.

Et pour finir, une expo d'affiches rock d'illustrateur : sérigraphies et couleurs qui arrachent au rendez-vous!

      neural 24

neural Le nouveau numéro de Neural est sorti, avec un sommaire consacré aux geek girls, qui réunit entre autres Natalie Jeremijenko du Bureau of Inverse Technology et People like us, programmatrice de l'excellente émission musicale "Do or DIY", des articles sur les armes sonores et le spam. Egalement une interview de Cory Arcangel, connu pour ses modifications de cartouches nintendo et musicien du groupe 8-bit construction set. Neural est édité en Italie par Alessandro Ludovico, depuis 1993 et se consacre aux musiques électroniques, à l'hacktivism, et aux pratiques entre art et technologie. Depuis le numéro 20 une édition anglaise est également disponible. C'est aussi un site bilingue (italien/anglais) très bien entretenu et très recommandable sur ces domaines.

Neural pour la version italienne, ou la version anglaise Neural (anglais)

On peut écouter deux morceaux du 8-bit construction set chez Beige records. L'émission de People like us est diffusée sur wfmu : Do or DIY.