automatic translation maschinelle Übersetzung

Add to Technorati Favorites
urzhiata | index

      zeppelin solaire & train à tube

zeppelin solaire

train à tubes

Lequel est le plus fascinant de ces deux engins improbables, tout droit sortis de l'imaginaire pseudo-scientifique (?) des années 1930?

Les mêmes illustrateurs devaient oeuvrer pour ces revues techniques comme pour les "pulps" d'aventures spatiales, avec héroïnes (blondes) en scaphandre (moulant) et monstres à tentacules (visqueuses) et yeux (multiples) pédonculés.

C'est issu de la collection de Charlie S. de modernmechanix, qui reproduit de nombreux articles de ces revues, à ne pas rater : la collection des couvertures! Il y a toute une série de véhicules incroyables (et rouges!) dans les modern mechanix de 1934-36)

      Le podoscaphe

couverture du petit inventeur, n°125



Bricolage, science et feuilletons d'aventure! Tout un programme pour le petit inventeur dont 150 numéros paraissent entre 1923 et 1926. Dans ce numéro, on proposait aux jeunes hackers de l'époque de se construire un podoscaphe avec "une bicyclette réformée et un bachot". Extrait :

« Acheter un podoscaphe est presqu'impossible, cet engin qui connut une faveur éphémère vers 1880, à l'époque des canotiers chantés par Guy de Maupassant - nos lecteurs sont trop jeunes pour s'en souvenir - a presque disparu de la surface des ondes. Donc, si nous voulons un podoscaphe, construisons le... »

Comment construire son vélocipède nautique (pdf)


      robozoologie


La robotique c'est généralement très sérieux, on construit des tonnes de robot pour qu'ils nous construisent à leur tour des voitures, ou pour les envoyer s'écraser sur de lointaines planètes, C3PO n'est pas près de sortir d'un labo, et en attendant, on peut juste sympathiser avec le nec plus ultra de l'intelligence robotique : des aspirateurs superbement carrossés mais dont on ne partage pas nécessairement l'attirance pour les saloperies qui trainent sur la moquette (et même pas foutu de se brancher tout seul).

Ca parait bien mal parti pour que les robots puissent un jour supplanter le genre humain. Heureusement, de sombres poêtes sont bien décidés à donner enfin leur chance aux robots, cherchant à mettre au point des créatures mécaniques sur les bases de la vie biologique, c'est à dire un organisme autonome, capable d'assurer sa subsistance, de se mouvoir à la recherche de sa propre nourriture (Vous et moi partageons ça avec les bactéries, les vers de vase et les tiques, entre autres)

Ce sont les "BEAM bots", principalement avides de soleil pour recharger leurs batteries, et capables de se mouvoir selon des principes inspirés des créatures qui peuplent la surface terrestre (biomimétisme). Au lieu d'être pilotés par des mini ou maxi ordinateurs, ce sont juste des composants simples réagissant aux stimuli extérieurs, qui forment le "système nerveux" du robot (employer le mot cerveau ferait tout de suite plonger ce billet dans la science fiction), et décident de ses actions. Et voila des créatures qui rampent/serpentent/se trainent/roulent partent à la recherche d'un rayon de soleil, alors là, évidemment on se trouve un point commun, et la sympathie est là.

BEAM, c'est pour : Biologie, Electronique, Esthetique (aesthetics), Mécanique. Bien souvent les pièces qui les composent sont issues de la récupération sur des appareils usagés (walkman, magnétoscopes, etc) et, bien souvent, les créatures sont propulsées à l'énergie solaire.

Un BEAM bot "classique", le Solar Walker
Une galerie des robots de Mark Tilden (chercheur américain parmi les premiers à effectuer des recherches sur ces robots sans ordinateur central), photographiés par Ian Bernstein.
Le bestiaire BEAM proposé par Solarbotics, boutique en ligne de composants électroniques tendance BEAM.


(photo extraite de Robosapiens, de Peter Menzel et Faith d'Aluisio, édité par MIT Press et traduit aux éditions Autrement en 2001. Il s'agit du robot Unibug 1.0 de Mark Tilden)


      production directe de la glace

appareil Carré pour la production directe de la glace
in "La Nature" n°2019, 3 Février 1912

      futur antérieur : le visiophone

le visiophone
dans "Les grandes inventions du monde moderne", Gerald Messadié, Bordas 1989


      tenori-on


Le Tenori-on est un instrument ludique de musique électronique, présenté ici par son concepteur, Toshio Iwai. La vidéo est très explicite sur le fonctionnement de l'objet, et permet de se rendre compte de la simplicité de l'interface. Le tenori-on, aujourd'hui au stade de prototype, est développé par les laboratoires de recherche de Yamaha (le tenori-on chez Yamaha)

Toshio Iwai est un artiste multimedia dont le travail sur les interfaces fait interagir le corps, la musique et l'image, son site web présente quelques projets (plutot anciens, puisqu'il n'est pas mis à jour depuis 1996!) Mais wikipedia nous en apprend un peu plus sur Toshio Iwai, : il est le créateur de plusieurs logiciels musicaux dont simtunes et elektroplankton : un mignon soft musical paru sur la nintendo ds l'an dernier. (elektroplankton)

[via la liste microsound]

      informatique concrète (physical computing)

Un ordinateur, ça s'utilise bien souvent du bout des doigts, par un clavier et une souris et du bout des yeux en lisant des informations sur un écran. La démarche de l'informatique concrète est toute autre, elle place le corps et l'espace au centre de la recherche, et tente de batir là-dessus de nouvelles interactions et modes de communication.

En mettant en jeu des capteurs, qui mesurent l'énergie transmise par le corps (sous forme de chaleur, de son, de lumière) la transforment en signaux électroniques, qui sont traités à l'aide de circuits électroniques et de microcontroleurs (la forme minimale d'un ordinateur tenant sur une puce) qui la transmettent ensuite à des ordinateurs par l'intermédiaire des ports série, usb, etc. Ceux-ci répondront à leur tour sous des formes diverses de restitution : par un affichage sur un support visuel, mais aussi par des mouvements, des évènements lumineux, modifications de l'environnement, qui seront autant d'appels à une nouvelle action.

En pratique les projets d'informatique concrête se composent de manipulation, d'expériences dans divers champs techniques : l'électronique pour les capteurs, les circuits de transformation, l'informatique et les langages de programmation, les arts plastiques de l'image et du son, la mécanique mais aussi les techniques de fabrication comme la couture, le travail des matériaux.

Mélangeant de nombreux domaines comme la robotique, contrairement à celle ci, l'informatique concrète ne cherche pas à créer des constructions autonomes, mais s'appuie complètement sur le corps dont elle prolonge les actions. C'est un domaine d'expérimentation des formes actuelles de la communication, qu'elle se fasse entre personnes à travers des réseaux technologiques, ou qu'elle soit une communication avec les mondes de données des "réalités" numériques.

Voici deux projets qui entrent dans cette deuxieme catégorie : Le projet Blinkenlights, ou en 2001, un immeuble d'une grande place de Berlin s'est transformé en écran pour célébrer les 20 ans du Chaos Computer Club.
et l'installation Listening Post qui transcrit et recompose en temps réel des bribes de conversations extraites de forum, de chat sous forme visuelle et sonore.